La voie du sentir 

La voie du sentir 

Accueil

Bonjour et bienvenue à celles et ceux qui arrivent ici.

Vous êtes sur le site de Robert Eymeri et Julie Lavarello.
Ce site est consacré à l’enseignement de la « Voie du Sentir » qui a été fondée par Luis Ansa et que nous diffusons depuis septembre 2017.
(Ce site est n’est pas encore complet car il est en construction).

« Selon les attitudes mentales et les pensées que nous cultivons,
nous sommes créateurs du ciel ou de l’enfer dans notre vie »
Luis Ansa

La voie du sentir est à la fois un art de vivre et une voie spirituelle.


D’une façon générale, on pourrait dire que cette voie a plusieurs caractéristiques.
La première, c’est qu’il s’agit d’une voie du corps. Quand on parle de « voie du corps », on entend généralement une pratique corporelle qui vise à maîtriser le corps pour obtenir un état particulier. Ici, il n’est pas question d’un rapport de domination mais d’une relation d’amour à travers l’éveil de la sensation.

La seconde caractéristique, c’est qu’il s’agit d’une voie féminine. Elle s’adresse bien sûr autant aux hommes qu’aux femmes mais elle va faire appel à nos capacités féminines de réceptivité, de sensibilité, de dilatation. Elle est également féminine par ses modalités : cette voie ne repose pas sur des dynamiques telles que « effort-mérite » ou « châtiment-récompense », mais sur l’amour profond de la vie et l’élan naturel de vouloir la protéger, sur nos qualités de cœur, sur nos capacités relationnelles.

La troisième caractéristique concerne l’aspect chamanique du travail intérieur qui est proposé dans cette voie et qui est souvent mal interprété. Luis Ansa disait : « Lorsque je parle de chamanisme, je ne parle pas du chamanisme que vous connaissez ou de celui qui est lié à une culture donnée, je parle d’un chamanisme actuel, entièrement recréé, sans aucun folklore, sans croyance, sans transe et sans aucune dro­gue. » Pour la première fois peut-être, Luis Ansa nous donne accès à l’un des cercles de connaissance les plus secrets et les plus hauts du chamanisme, réintégrant ainsi cette très vieille tradition parmi les grandes voies mystiques de l’humanité.

Une quatrième caractéristique de la voie du Sentir pourrait être mentionnée, c’est l’accent mis sur le rôle fondamental de l’expérience. « Posséder un savoir sur la chose ne vous donne aucune expérience de la chose », affirmait-il. Luis Ansa disait :« On peut expliquer, donner des indications, mais pour découvrir le goût du café, vous devez le goûter ! Toutes les descriptions que l’on peut vous faire sont inutiles ; à un moment donné, il vous faut goûter le café pour savoir si vous l’aimez. »

Cette voie n’est donc pas un enseignement comme on a l’habitude d’en recevoir, c’est un ensemble de pratiques qui s’approfondissent constamment dans un rapport créatif à la vie. Ainsi, celui qui cherche une philosophie dans la voie du Sentir y trouvera une philosophie, celui qui cherche une thérapie y trouvera une thérapie, celui qui cherche un chemin d’éveil le verra se dessiner au fur et à mesure de ses pratiques, et celui qui est mystique y trouvera une mystique.

La voie du Sentir est une invitation à revenir à la réalité immédiate de notre être, à cette liberté intérieure et à cet amour inconditionnel qui est notre véritable nature.

La voie du sentir telle que l’enseignait Luis Ansa n’existe plus bien entendu, elle vit désormais sa vie propre selon la compréhension et l’expérience de chaque personne qui en parle. C’est la raison pour laquelle personne ne peut se proclamer « responsable » d’une voie. Par contre, chacun est responsable de sa parole et chaque auditeur est responsable de ce qu’il écoute.
Luis Ansa a d’ailleurs quitté ce monde au mois de juin 2011 sans avoir donné de directives pour continuer les enseignements qu’il offrait.

© Photo de Luis Ansa par Robert Eymeri

Il n’existe que très peu de photographies de Luis Ansa car il n’aimait pas que l’on fixe son image dans l’espace ou dans le temps. Néanmoins, un jour, il accepta que je prenne cette photo « officielle » pour la couverture du livre que j’étais en train d’écrire sur son enseignement.
A travers cette photo, Julie et moi-même tenons donc à honorer sa mémoire et à lui adresser toute notre gratitude. Gratitude que l’on adresse également à la lignée des différents maîtres qui le formèrent (chrétiens, soufis et chamanes) et qui permirent l’éclosion de cette voie.

Association « L’art du Sentir »  77, chemin de l’Isle – 84210 Pernes les Fontaines.
Pour tout renseignement pratique sur les rencontres : infos.artdusentir@gmail.com
Pour contacter directement Robert Eymeri ou Julie Lavarello : art.du.sentir@gmail.com